Colette Abadie

31 Août au 30 Septembre 2018

2 artistes à découvrir
Colette Abadie    et    Jennifer Court

Diplomée des Beaux-Arts de Bordeaux, Colette Abadie puise  sa motivation pour peindre l'Afrique dans les rencontres faites au Sénégal et au Mali. Elle parcourt ces régions au sein de l'association "Amitié-Afrique-Arros". Au Mali en Pays Dogon , cette association finance des écoles, des cantines et des bibliothèques. La réparation de pompes à eau dans les puits creusés par les O.M.G.est une partie importante de leurs action , ainsi que la création d'un jardin collectif géré par les femmes du même village de la falaise de Bandiagara .

Colette Abadie aime varier les techniques d'expressions , passer de l'aquarelle à l'huile , de l'acrylique  aux mixages de peintures-collages....!
​        Ses sujets préférés sont les portraits et les scènes du quotidien .........africains bien sur !!!

Jennifer Court

née à L’Ile Maurice, JeN est Sculpteur, Professeur de sculpture et de céramique.

JeN travaille la céramique, le bronze en alliant la technique du raku et de la patine pour nous dire:

 

La terre, l’eau, le feu, le bois et le métal, donnent vie à la matière et sont les éléments moteurs de mon Art.

Mes sculptures invitent, à chercher sous les apparences pour découvrir ce qui s’y cache. Saisir une part du réel, la dépouiller du superflu et restituer dans mes sculptures l’Être de la pièce.

La véritable beauté n’est pas la pièce que vous voyez au premier abord, mais ce que vous ressentez avant de voir l’œuvre dans sa globalité, laissant apparaître sa quintessence.

J’aime le jeu de contraste et de matière, l’utilisation harmonieuse et juste, des rondeurs, des disproportions, des lignes, des arrêtes, des courbes. C’est l’expression qui mène à la lecture de l’Equilibre de la pièce.

Mon travail est instinctif et entre en résonance avec cet équilibre. Le résultat crée cette géométrie affective, antinomique certes, mais singulière. Ce qui amène à s’interroger, regarder, à communiquer avec l’ensemble de l’œuvre.

Extraire ce qui est enfoui et ressentir ce que la pièce dégage.

Tel est le rythme et le langage de mes sculptures, de mon Art. »

Sa démarche est de Dénoncer que             « L’être est bien souvent sous le paraître».

 

Son art exprime sans voix, la puissance d’un langage. Celle de l’âme, où l’éthique contient une sensibilité qui mène à un ressenti, la communication d’une émotion avec l’autre.