Conférence "Ethiope"

& "femme africaine"

Conférence (Tous publics) par: 

Mme Wubayehu Kebede,

Mr. Joseph Alemu

salle cinéma samedi 17h30

                                    Ethiopie: une histoire africaine fondatrice de notre humanité.

                                    Pourquoi est elle si mystérieusement inconnue chez nous ?

                                   Parce que cette nation, a résisté aux colonisations !

Mme Wubayehu Kebede

​Wubayehu est une éthiopienne née à Addis Abeba. C'est aussi dans la capitale de l'Ethiope qu'elle a d'abord été dans une école française, puis dans une école anglaise. Ensuite elle a étudié à l’Université Américaine de Paris.

Son parcours professionnel est très varié: missions à Inter Service Migrants, à International Criminal Tribunal for Rwanda (Arusha et Rwanda), à Europena Union Election Observation Mission, à Centre for Development Consultancy, à Economic commission For Africa, à UNICEF – Union Africaine Bureau de Liaison, à Africa Humanitarian Action, à UNICEF/Global Fund. Nous avons gardé les noms originaux de ces organismes car ils montrent la double ouverture que Wubayehu apporte à Sam'Africa avec son parrainage. D'une part sa vision de femme africaine d'Ethiopie mais aussi que cette vision a été développée en dehors du prisme français. Évidement, tout particulièrement au sein de L’Union Africaine et du Tribunal Pénal International pour le Rwanda, mais aussi dans différents organismes humanitaires. En filigrane derrière toutes ses expériences, elle ressent les dangers de l’acculturation par l'appauvrissement de sa langue l'amharique comme celui du français. En effet, à ses yeux, l'utilisation de mots « américains », parfois même à contre sens, trop propagée par les média, ainsi que le renoncement à tout un vocabulaire voire à des lettres de nos langues conduisent les nouvelles générations à l'incapacité de comprendre les fondements de leur culture. Humblement, modestement Wubayehu veut faire œuvre pour soutenir sa langue maternelle l'amharique. Elle a choisit la forme ludique des rébus. Qu'elle va nous présenter à Sam'Africa.

Mesdames, Messieurs, tout d’abord je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de venir échanger avec vous.

Je ne vais pas vous faire un grand discours sur la femme africaine cependant je vais vous donner mes impressions et Mr. Joseph Alemu vous presentera les braves femmes d’Afrique.

Comme les multiples couleurs de son pagne, deriya [dəriya] (ድሪያ), habesha libss [habäsha ləbəsə] (ሐበሻ ልብስ) et nettela [nät’əla] (ነጠላ); la femme africaine propulse et maintien toutes sortes de nuances en elle.

Comme vous le savez, toutes les guerres civiles ont provoqué l’instabilité en Afrique. Ce sont plutôt ces situations problématiques qui causent l’immigration vers d’autres pays. Les traversées du désert et de l’océan sont difficiles pour tous, mais surtout pour les femmes. Je ne dis pas que les hommes ne souffrent pas de ceci mais la femme en souffre beaucoup plus.

Espérant avoir la liberté, une vie meilleure plus stable et obtenir la satisfaction aux besoins élémentaires, en dehors de leur territoire, elles s’enfoncent encore plus dans des situations compliquées pour la plupart d’entre elles. Elles sont rejetées de leurs pays et se retrouvent face à des problèmes auxquels elles ne s’attendaient pas.

Mesdames, messieurs il y a beaucoup de femmes africaines en France qui essayent de garder le sourire malgré toutes les souffrances intérieures. Pour garder le moral elles essayent de s’évader comme elles peuvent en écrivant, en chantant et, ou en se portant volontaire dans les associations en tant que bénévole. Espérant tout au fond d’elles même que toutes ces mauvaises moments finiront par passer.

Personnellement j’ai choisi les mots et les langues, ceci dit je vous présente mon livre de jeux en Amharique.

En Afrique il y a plusieurs langues parlées mais à l’écrit c’est le latin et l’arabe qui sont utilisés suite à la colonisation. L’Ethiopie qui n’a jamais été colonisé est le pays qui a réussi à garder son propre alphabet, le geez qui est la racine de l’amharique.

Le geez est phonétique. Donc tous les noms qui sont difficiles à écrire avec l’usage des lettres latines ou arabes peuvent facilement être écrits en geez.

Par exemple si on ne l’indique pas phonétiquement en utilisant le symbole « ä » (ኧ) ou « t’ ä » (ጠ), il est difficile de prononcer le nom d’une personne ou d’un objet. En ce moment afin que des enfants éthiopiens, mais aussi des francophones et des anglophones puissent apprendre l’amharique en s’amusant, je prépare un nouveau livre de jeux.

Je vous remercie pour votre lecture et je serais heureuse de répondre à vos questions  lors de Sam'Africa le jeudi 30 lors d la soirée cinéma, le vendredi lors de l'inauguration et le samedi à 17h30 durant la conférence. Je vous souhaite à tous la paix, l’amour et la lumière.

Les Amis d'Emalawlé
Mr Joseph Alemu

 

 

Joseph est connu pour sa forte implication dans l' Association France Ethiopie Midi-Pyrénées.

Parcours professionnel et personnel :

1995 : Après avoir été emprisonné par le régime militaire suite à mon refus de faire la guerre contre l’Erythrée j’ai fui l’Ethiopie (pays non Francophone) et je suis rentré en France pour demander l’asile politique.

 

1987 : Apprentissage de la langue française à l’université du Mirail

(J. Jaurès).

1990 : Le bac éthiopien a était jugé non équivalent avec le bac français

Donc je l’ai repassé et j’ai obtenu un bac professionnel BTA au Lycée Agricole de Castagne Toulousain.

1992 : Obtenu le diplôme universitaire de délégué médical d’information pharmaceutique à la faculté de la médecine à Toulouse.

2000 : BP de préparateur en pharmacie au CFA Toulouse.

2010 : Validation du dossier VAE par l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales) Paris.

2014 : Obtenu master professionnel en développement et coopération.

 

Expérience professionnelle.

De 1995 – 2000 PSF (Pharmaciens sans frontières) antenne Toulouse, responsable de centre de tri des MNU (médicaments non utilisés)

1990 : Participation au convoie humanitaire des médicaments et matériels médicaux à Timisoara (Roumanie)

2000 – à ce jour: Travail en intérim en tant que Préparateur en pharmacie d’officine,

maison de retraite médicalisée et hôpitaux.

 

Motivation :

Dans les années 80, les images misérabilistes diffusés par les médias en France concernant notamment la sécheresse et la famine en Ethiopie, m’ont touché et m’ont motivé de présenter les images plus positive de mon pays d’origine. A cet effet je suis devenu le Premier exposant africain à la ‘’primas des las lingas’’ en langue occitane qui veut dire (le printemps des langues) à Toulouse.

Ma participation a permis d’inviter des associations africaines toulousaines et a augmenté le nombre des associations, jusqu’à la centaine aujourd’hui.

J’ai aidé en tant que bénévole, selon ma compétence et disponibilité, à remplir les fiches administratives ou la demande d’asile, en donnant des informations et des conseil, aux étrangers qui viennent d’arriver en France et qui ne sont pas Francophone.

En 1995 j’ai créé l’école d’enseignement de la langue ‘’amharique’’ pour les adultes et les enfants qui sont nés suite à des mariage mixtes ou adoptés par une famille française et à tous ceux qui sont intéressés par la culture éthiopienne.

En 1997 j’ai créé l’AFEM-Py (Association France Ethiopie Midi-Pyrénées).

De 2011 à 2016, j’ai été élu bénévole par l’ex maire M. P.COHEN au CoTRE (Conseil Toulousain des résidents étrangères) à la mairie de Toulouse. Mon mandat est renouvelé jusqu’à la prochaine élection municipal de 2020, par le maire actuel M. J.L Mouding pour ‘’Toulouse diversités’’

En 2016, j’ai obtenu le titre d’expert judiciaire de traducteur-interprète en langue amharique à la cour d’appel de Toulouse.

En tant que professionnel, d’une part je facilite pour que la justice française soit bien appliquée et d’autre part je continue le bénévolat en tant que médiateur pour la bonne cohabitation des demandeurs d’asile avec le statut migrant dans la société française qui m’a accueilli.

​​​​​​​

     Des reines et guerrières africaines   

La Reine Nzinga Mbande Angola

16me 17me siècle

Kandakes Amanirenas—Reine du Soudan

40 - 10 avant JC

La Reine de Saba (Makeda ou Sheba) en Ethiopie                    10ème siècle avant JC.

La Reine-Mère Yaa Asantewaa de Ghana

1840 - 1921

La reine Yodit Gudit d’Ethiopie

10ème siècle

Taytu Betul1  Reine d’Ethiopie

1851 - 1918

Bibliographies
 Belaynesh Michael. « Reine Yodit / Gudit ». https://allaboutethio.com/hjudith.html
http://www.black-feelings.com
https://www.universalis.fr/encyclopedie/saba-reine-de/
https://c8.alamy.com/compfr/m4xg2a/portrait-de-la-reine-d'ethiopie-ou-d'abyssinie-taytu-betul-1851-1918-imperatrice-consort-de-l'empire-ethiopien-

1889-1913-et-troisieme-epouse-de-l'empereur-menelik-ii-d'ethiopie-elle-a-fonde-laddis-abeba-capitale-de-l'ethiopie-gravure-1888-m4xg2a.jpg